DÉFENSES IMMUNITAIRES

Les défenses immunitaires
Le système immunitaire est probablement notre meilleur allié contre la maladie. En quelque sorte, on peut l’imaginer comme notre force de guérison. C’est lui qui assure la lutte contre les infections courantes en saison froide, comme le rhume et la grippe, mais aussi les longs combats contre le cancer. Ainsi, santé et immunité sont intimement liés : prendre soin de sa santé permet d’améliorer son immunité, et vice-versa. Avoir un système immunitaire sain est non seulement un gage de santé, mais aussi de vie! Sans système immunitaire, une banale éraflure deviendrait fatale puisque l’éraflure expose nos tissus à une foule de microbes étrangers, présents dans l’air et sur la peau.

Symptômes :
La faiblesse immunitaire n’est pas facilement détectable. Voici tout de même quelques signes :

  • Une fatigue persistante, qui cache souvent un stress ou un manque de sommeil, deux facteurs qui affaiblissent l’immunité
  • Une sensibilité accrue aux infections, qui s’observe par des rhumes fréquents, des infections urinaires, des crises d’herpès, des vaginites à répétition, etc.;
  • Des blessures qui prennent du temps à guérir ou à cicatriser.

Personnes à risque
Les personnes dont l’organisme est affaibli pour l’une ou l’autre des raisons suivantes sont particulièrement concernées :

  • Une maladie chronique ou grave : le diabète, une maladie pulmonaire, un trouble cardiovasculaire, une maladie rénale, un cancer, etc.
  • Une chirurgie : la vulnérabilité aux infections augmente (les infections nosocomiales posent d’ailleurs un problème de taille en santé publique).

Facteurs de risque :

  • La malnutrition. Une alimentation mal équilibrée en quantité ou en qualité est la plus importante cause de déficit immunitaire et rend vulnérable à plusieurs maladies infectieuses.
  • Le vieillissement. L’âge est un facteur de fragilisation du système immunitaire. Bien que certaines personnes vieillissent en santé, les études démontrent que les infections, les maladies inflammatoires et le cancer sont plus fréquents chez les personnes âgées de plus de 65 ans. * La sédentarité, et à l’inverse, le surentraînement.
  • Le manque de sommeil.
  • Le stress. En situation de stress, les glandes surrénales sécrètent du cortisol et le système sympathique, de la noradrénaline – deux substances qui affaiblissent le système immunitaire.
  • L’exposition aux toxines, notamment par l’utilisation de produits de nettoyage domestique chimiques et d’herbicides sur les pelouses, et par la consommation de fruits et de légumes vaporisés d’insecticides.
  • L’exposition aux polluants atmosphériques extérieurs ainsi qu’à ceux qui se propagent à l’intérieur des habitations (moisissures, bactéries, tabac et gaz de combustion).
  • Vraisemblablement l’obésité.

La saine alimentation
La malnutrition majeure (marasme) avec déficit en calories et protéines est la plus importante cause de déficit immunitaire. Elle se rencontre surtout là où la pauvreté et la famine sont présentes. Les apports suffisants en calories et en protéines dépendent du sexe, de l’âge, de la taille et des dépenses énergétiques. Par exemple, chez un adulte âgé de 25 à 49 ans, le besoin moyen en calories est d’environ 1 900 calories pour une femme et 2 700 calories pour un homme. Le besoin en protéines se situe de 45 g à 55 g de protéines par jour pour les femmes, et de 55 g à 65 g par jour pour les hommes.

Habitudes alimentaires qui pourraient déprimer l’immunité

  • La consommation régulière d’aliments pauvres en vitamines et en minéraux.
  • L’abus d’aliments riches en sucre (il semble que 50 g de sucre par jour soit un maximum raisonnable, et cela inclut le sucre provenant des fruits).
  • La consommation d’aliments qui provoquent des allergies.
  • L’abus d’aliments riches en gras saturés.
  • L’abus considérable d’alcool

Habitudes alimentaires qui seraient favorables à l’immunité

  • L’apport adéquat en calories et en protéines.
  • Cinq à huit verres d’eau par jour.
  • La consommation suffisante de fruits et de légumes le plus frais possible, de grains entiers, de légumineuses et de bons gras.
  • La consommation régulière d’alliacés ( ail, oignon, poireau,échalote, ciboulette) permet de réduire les infections et l’incidence de différents types de cancer.

L’activité physique modérée
L’activité physique pratiquée régulièrement fait une meilleure forme cardiovasculaire, un bon maintien de la masse musculaire, la normalisation de la tension artérielle, le contrôle du poids et la réduction de plusieurs facteurs de risque associés aux maladies chroniques. En plus de contribuer à l’immunité en favorisant une bonne santé globale, il se peut que l’exercice ait aussi un effet direct sur l’immunité. D’abord, en améliorant la circulation sanguine, on croit que les cellules et les autres substances du système immunitaire peuvent circuler plus facilement dans le corps (indispensable pour prévenir l’infection d’une plaie, par exemple).

Le contrôle du stress
Sans aucun doute, le stress a un effet néfaste sur la santé. Les chercheurs qui s’intéressent au lien entre le stress et l’immunité ne s’attardent pas aux stress ponctuels, à court terme, mais plutôt aux stress fréquents et constants (par exemple, concilier les exigences du travail à la vie de famille ou prendre soin d’un proche malade). Le stress chronique entraîne la libération d’hormones du stress, comme le cortisol. Ces hormones affectent directement à la baisse les défenses immunitaires en inhibant la production de cytokines.

Autres facteurs importants pour la santé et l’immunité

  • Réservez-vous suffisamment d’heures de sommeil, selon vos besoins (en moyenne, une nuit de sept heures est un minimum).
  • Ne fumez pas.
  • Conservez votre poids santé, déterminé en fonction de votre taille
  • Minimisez le risque d’empoisonnement alimentaire en prenant les précautions appropriées?*
  • Protégez-vous contre les maladies transmises sexuellement.
  • Entreprenez les tests médicaux appropriés selon votre âge et vos risques particuliers.
  • Utilisez les antibiotiques seulement s’ils sont absolument nécessaires, et respectez la posologie.
  • Avant d’adopter un animal de compagnie, informez-vous des micro-organismes qu’il peut transmettre.?Mesures d’hygiène de base pour éviter de contracter ou de transmettre une infection?*
  • Lavez-vous les mains fréquemment avec du savon et de l’eau, surtout avant de préparer la nourriture et après être allé aux toilettes.
  • Couvrez-vous le nez et la bouche avec un mouchoir lorsque vous éternuez.
  • Nettoyez et pansez vos plaies. Faites toujours examiner toute blessure grave par un médecin.
  • N’enlevez pas la peau en cours de cicatrisation, et abstenez-vous de crever un bouton.
  • En présence de symptômes d’une infection (diarrhée, fièvre, etc.), restez à la maison.
  • Désinfectez régulièrement avec une eau additionnée d’eau de Javel, si désiré, les surfaces de cuisine et la salle de bains.

PRODUITS RELIÉS À CE SYMPTÔME