FLATULENCES

Thème relié: Fermentation

Une flatulence est la production d’un gaz digestif, souvent expulsé hors du tube digestif par la bouche ou l’anus. Flatulence vient du latin “flatus” qui signifie “souffler”. Les flatulences sont le résultat de la fermentation des matières décomposées ; on y trouve notamment des gaz non odorants : du méthane (gaz inflammable produit par des bactéries), du dioxyde de carbone, de l’azote, de l’oxygène, de l’hydrogène, et des gaz odorants sulfurés. Les gaz sont d’autant plus présents que les aliments se décomposent. La mauvaise absorption de certains glucides (lactose, fructose…) peut aussi provoquer des flatulences. Plus rarement, la giardiase, une parasitose bénigne de l’intestin, est la cause de flatulence. En moyenne, une personne libère par jour de 0,5 à 1,5 litre de gaz, en 12 à 25 occasions.

Dans le cas de Flatulence il s’agit d’éructations (rot) avec souvent sensation de pesanteur de l’estomac, de mauvaise digestion. Le plus souvent il s’agit d’un tic d’éructation : déglutition d’air suivie d’une éructation qui soulage. De plus le seuil douloureux de ces malades est souvent abaissé : il existe une sensibilité anormale à une quantité normale de gaz. Le fait de prendre conscience des mécanismes de ce trouble peut le supprimer.

Parfois il s’agit d’un véritable excès de gaz : à l’air avalé à chaque déglutition (2 à 4 litres par jour), peuvent s’ajouter les déglutitions dues au chewing-gum, aux bonbons et les gaz des boissons.

Les causes de la flatulence :
Le volume de gaz est très variable selon les individus et l’alimentation (200 à 4200 ml/jour). Le plus souvent il s’agit en fait d’un colon irritable avec une sensibilité anormale à une quantité normale de gaz comme l’ont montré plusieurs études.??Tous les aliments passent par la fermentation bactérienne, mais certains causent plus de gaz que d’autres. En particulier ceux qui contiennent du sucre (naturel ou artificiel), des hydrates de carbone et des fibres alimentaires. De plus, les produits laitiers consommés en grande quantité sur une courte période (deux ou trois verres de lait au déjeuner, par exemple), produiront davantage de gaz.

L’intolérance au lactose : Il s’agit d’un déficit en lactase, enzyme qui sert à digérer le lactose (sucre naturel contenu dans les produits laitiers). Ce déficit, habituellement d’origine génétique, peut toutefois apparaître à la suite d’une gastroentérite banale qui lave toute la lactase de l’intestin et qui endommage les cellules qui la produisent. L’intolérance au lactose peut aussi survenir chez une personne qui a complètement cessé de consommer des produits laitiers pendant quelques mois ; l’intestin ne fabriquant alors plus l’enzyme. Lorsqu’il y a déficit en lactase, le lactose se retrouve non digéré dans le gros intestin ; il y fermente donc davantage. En plus de la flatulence, ce problème peut parfois s’accompagner de diarrhées ou de crampes intestinales après l’absorption de produits laitiers.

La constipation : Après quelques jours de constipation, les selles se sont accumulées dans le gros intestin. Le processus de fermentation fonctionnant davantage, il y aura une plus grande production de gaz. Plus rarement le responsable sera une parasitose intestinale la giardiase. Bien sûr, si les troubles sont récents et s’ils existent d’autres signes ou antécédents digestifs personnels ou familiaux, il est nécessaire de faire un minimum d’examens.

L’aérophagie : Mauvaise habitude ou tic qui consiste à avaler trop d’air en mangeant et en buvant. Une trop grande quantité d’air dans l’intestin entraînera une sensation de ballonnement, des gaz et des rots. Le ralentissement des mouvements de l’intestin : Le travail de l’intestin peut se trouver ralenti après un repas copieux et gras, plus difficile à digérer. L’individu aura tendance à sentir de l’inconfort, mais sans qu’il y ait nécessairement plus de gaz intestinaux.

Une prévention :
Si vos problèmes de flatulence vous incommodent vraiment, tenez un journal alimentaire. Notez-y tout ce que vous mangez et vous arriverez sans doute, par élimination, à trouver l’aliment responsable, que vous devrez sans doute consommer en faible quantité.??Faire une promenade après le repas. Une marche d’une quinzaine de minutes stimule la digestion, prévenant ainsi le ballonnement et la formation de gaz intestinaux.

Changer de boissons. Évitez les boissons gazeuses et la bière. Après un repas, prenez des tisanes de camomille, de menthe ou de fenouil plutôt que du café ou du thé. Elles ont des propriétés qui aident à prévenir le ballonnement et la flatulence. Il semble aussi que quelques gouttes d’extrait de menthe, de cannelle ou de gingembre dans un verre d’eau aient le même effet. Manger moins gras. Pour une digestion facile et sans ballonnement, évitez les repas gras et copieux. Pour la même raison, prenez le temps de bien mastiquer votre nourriture.


PRODUITS RELIÉS À CE SYMPTOME