CHOLESTÉROL

Le cholestérol est la substance lipidique la plus abondante du monde animal et la plus importante d’un point de vue métabolique notamment en tant que précurseur des hormones stéroïdes. C’est un stérol qui a une origine exogène (l’alimentation) et une origine endogène (biosynthèse). Le foie est l’un des principaux sites de synthèse. Le cholestérol est présent dans toutes les cellules. Son taux élevé peut entraîner des calculs biliaires ou constituer un facteur de risque de l’athérosclérose.

Il peut se présenter sous deux formes :

  • forme libre c’est à dire non associé à une autre substance. Le cholestérol se situe à la surface de la lipoprotéine
  • forme estérifiée c’est à dire lié à un acide gras pour former des stérides. Le caractère faiblement hydrophile qui pouvait exister dans l’autre forme est alors totalement supprimé.

Le cholestérol est le constituant indispensable de nos cellules. C’est le composant fondamental des membranes cellulaires : une partie importante du cholestérol est en effet utilisée pour la constitution de la couche lipidique des membranes plasmiques. Il a également un rôle dans la fluidité des membranes. Le cholestérol est le précurseur des hormones stéroïdes. Le cholestérol est aussi utilisé par notre organisme pour la fabrication de substances comme la vitamine D. Le Cholestérol est le constituant essentiel de la bile.

Les deux genres du cholestérol :

Il n’existe évidemment pas deux molécules différentes de cholestérol. Mais le cholestérol est véhiculé dans le sang par des systèmes de transport aux rôles très différents : les lipoprotéines LBD (lipoprotéines de basse densité) et LHD (lipoprotéines de haute densité). C’est pour cela qu’on distingue le cholestérol LHD et le cholestérol LBD, l’ensemble formant le cholestérol total.

Les LHD récupèrent le cholestérol dans les organes qui en ont trop pour le rapporter au foie où il est éliminé. Elles ont le rôle de nettoyer nos artères de tous les dépôts lipidiques de mauvaise qualité et de réduire le risque de voir apparaître une plaque athéromateuse. On parle de “bon cholestérol”.

Les LBD déposent le cholestérol sur les parois des artères. Il se forme alors, petit à petit, de véritables plaques de graisse, appelées athéromes. On parle dans ce cas de “mauvais cholestérol”. Les études épidémiologiques ont permis de montrer que l’excès de “mauvais cholestérol” et le manque de “bon cholestérol” étaient des facteurs de risque de maladie cardio-vasculaire. Le cholestérol est un des agents responsables de l’athérosclérose qui conduit aux maladies cardio-vasculaires.

Les Taux du cholestérol :

Il est possible d’établir le taux normal de cholestérol dans le sang : le cholestérol total et le cholestérol sous sa forme combinée car accolé à des protéines dites de faibles (LBD) et hautes densités (LHD).

Cholestérol total pour une personne sans facteur de risque - inférieur ou égal à 2,30 g/l

Cholestérol total pour une personne avec facteur de risque - inférieur ou égal à 2 g/l

Cholestérol LHD - supérieur ou égal à 0,55 g/l

Cholestérol LBD pour une personne sans facteur de risque - inférieur ou égal à 1,50 g/l

Cholestérol LBDpour une personne avec facteur de risque - inférieur ou égal à 1,20 g/l

Certains médecins préfèrent demander un dosage spécifique du LDL et du HDL, le résultat de ce dosage se traduisant par le rapport suivant : (Cholestérol total / LHD) inférieur ou égal à 4,5

Plus le rapport est élevé, plus le risque cardio-vasculaire est grand.

Les effets du cholestérol sur la circulation sanguine et le fonctionnement cardiaque :

Le cholestérol LBD dans le flot sanguin peut former des dépôts graisseux à l’intérieur des vaisseaux sanguins. Au fil du temps, ces dépôts s’accumulent pour former des plaques. Le cholestérol LBD stimule également la croissance des cellules de la paroi interne des artères, ce qui réduit leur diamètre. Les plaques peuvent endommager et obstruer les artères, notamment les artères coronaires qui irriguent le cœur. Ce processus, appelé athérosclérose (durcissement des artères), peut entraîner une angine (douleurs dans la poitrine), une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Une forte teneur en cholestérol LBD, le « mauvais » cholestérol, accroît l’accumulation de la plaque et augmente les risques de crise cardiaque.

Lorsqu’il y a trop de cholestérol dans le sang, l’excédent peut se déposer sur la paroi interne des vaisseaux sanguins. Avec le temps, ces dépôts graisseux appelés athéromes s’accumulent dans les vaisseaux, créant une obstruction et empêchant le sang de circuler librement. Dans de tels cas, les risques de crise cardiaque augmentent.

Les maladies cardiovasculaires sont provoquées par le rétrécissement des vaisseaux sanguins. Le rétrécissement des artères coronaires diminue le flux sanguin qui irrigue le cœur, et entraîne principalement une douleur dans la poitrine au cours d’un effort. Lorsque l’un ou plusieurs de ces vaisseaux se bouchent, la circulation sanguine est interrompue vers une partie du cœur, qui sera alors endommagée. On parle dans ce cas d’un infarctus. Si une grande partie du cœur n’est plus irriguée par le sang, la mort peut alors s’ensuivre. Le dépôt dans les parois des vaisseaux sanguins est composé de différentes substances, le cholestérol constitue la majeure partie de ces substances. Un taux de cholestérol sanguin élevé accélère le rétrécissement des vaisseaux sanguins (l’artériosclérose).

Un taux de cholestérol LBD élevé signifie que votre sang contient plus de cholestérol que votre organisme en a besoin. Plus votre taux de cholestérol LBD est élevé, plus votre risque de maladie coronarienne est élevé. L’hypercholestérolémie n’émet aucun signe avant-coureur, c’est pourquoi vous pourriez être surpris d’apprendre que vous en souffrez. N’en soyez pas alarmé, mais prenez la chose au sérieux. Il est possible de réduire le taux de cholestérol LBD et, du même coup, le risque de maladie cardiaque. Plus votre risque de maladie cardiaque est élevé, plus votre taux cible de cholestérol LBD doit être bas. En clair, si vous êtes exposé à un risque élevé de maladie cardiaque, vous devriez réduire encore davantage votre taux de cholestérol LBD, le mauvais cholestérol.

Les causes du cholestérol :

Plusieurs facteurs affectent le niveau de cholestérol dans le sang

Le mauvais fonctionnement du foie : Le foie ne secrète pas seulement le LBD cholestérol dans le sang mais aussi il a le rôle de le déplacer de la circulation sanguine. Pour déplacer le LBD cholestérol du sang, le foie agit à l’aide de protéines spéciales appelées LBD récepteurs qui se trouvent normalement sur la surface cellulaire du foie. Les LBD récepteurs Arrachent le LBD cholestérol du sang et le dirige directement vers le foie. Plus que le nombre de LBD récepteurs sur la surface cellulaire du foie est grand plus que le déplacement du LBD cholestérol du sang est rapide, ce qui aide à diminuer les taux du LBD dans le sang. Un mauvais fonctionnement de LBD récepteurs conduit à des taux dangereux de LBD cholestérol dans le sang.

L’obésité : De nombreuses études épidémiologiques ont confirmé la notion qu’une accumulation importante de graisse abdominale, « obésité de type masculin », constitue un facteur de risque majeur associé au diabète, aux maladies cardiaques et à la mortalité. D’abord les gents obèses souffrent de taux élevés de LBD cholestérol.

La mauvaise alimentation : Les aliments riches en matière gras et en cholestérol réduisent l’activité de LBD récepteurs du foie, ce qui conduit à augmenter les taux du cholestérol dans le sang. Le cholestérol se retrouve dans la nourriture, surtout dans les produits de source animale. Les sources principales de cholestérol sont: les œufs, le lait entier, les abats (foie et cœur), la charcuterie et la viande (bœuf, poulet, porc et autres). L’excès de gras fait augmenter le taux de cholestérol dans le sang.

L’hérédité : L’hérédité a une grande influence sur les taux de LBD et de LHD chez une personne malade. Par exemple, l’hypercholestérolémie familiale qui est un désordre commun dont les victimes ont un nombre diminué de récepteurs LBD qui se trouvent sur la surface cellulaire du foie. Si vos parents, vos grands-parents, vos frères, ou vos sœurs ont un problème de LBD cholestérol, vous et vos enfants pouvez être en risque.

Comment lutter contre le cholestérol ?

Il y a trois grands principes qui visent à faire baisser directement le taux de cholestérol : il faut avant tout veiller à limiter les apports en acides gras saturés contenus notamment dans les aliments d’origine animale. Les graisses saturées doivent être remplacées par des graisses mono insaturées et poly insaturées et les “bonnes graisses” contenues dans l’huile d’olive, et les poissons. Ensuite, on cherche à limiter la consommation des aliments riches en cholestérol : œufs, abats… Enfin, il faut augmenter la consommation de fibres, contenues dans les légumes, les fruits et certaines céréales. Ces mesures diététiques sont à suivre indéfiniment, pour au moins trois raisons : d’abord, l’effet de ces mesures est complémentaire des médicaments. On va s’attaquer au problème par différentes voies. De plus, ces mesures ont un effet bénéfique direct sur l’appareil cardio-vasculaire. Enfin, elles permettent d’avoir le dosage le plus faible possible de médicaments chimique, et en même temps de diminuer le risque d’effets secondaires. Des aliments autres que les acides gras insaturés sont associés à un risque moindre de maladies cardiovasculaires et ont un rôle protecteur dans la survenue de cette pathologie.?IL s’agit par exemple :

  • des fibres alimentaires dont une consommation élevée est associée à une réduction du risque cardiovasculaire et à une baisse du cholestérol,
  • des éléments antioxydants parmi lesquels la vitamine E associée à une réduction de risque de cardiopathie ischémique ainsi qu’à une diminution du risque cardiovasculaire ou à une diminution de la gravité de la maladie, de la vitamine C dont un apport insuffisant est associé à un risque accru d’infarctus, et des caroténoïdes dont l’apport alimentaire élevé semble réduire le risque de maladie coronarienne ou d’infarctus,
  • des minéraux comme le potassium, le calcium ou le magnésium, qui ont une action dans la régulation de la pression artérielle. Le magnésium exerce, d’autre part, un effet quasi pharmacologique dans la prévention de certaines complications de l’infarctus du myocarde.

L’hypercholestérolémie étant une maladie chronique, elle nécessite une prise en charge progressive, sur le long terme et par étapes, avec l’amélioration progressive des habitudes de vie et l’introduction de médicaments naturels convenables.

PRODUITS RELIÉS À CE SYMPTOME